En lançant son nouveau mur végétalisé « Adam », la société Richard Brink propose une solution innovante pour végétaliser de larges surfaces de façade.

Verdure à la verticale et grand format

Richard Brink présente son mur végétal « Adam » pour végétaliser les façades

Schloß Holte-Stukenbrock, Allemagne, le 18.11.2022. Cela ne fait aucun doute : végétaliser entièrement une enveloppe de bâtiment est une solution extrêmement esthétique, mais cela implique aussi toute une série d’avantages fonctionnels. En lançant son mur végétalisé « Adam », la société Richard Brink complète sa gamme en y ajoutant un système de végétalisation des façades qui saura séduire par sa modularité bien pensée, sa solidité et sa facilité d’installation.

La végétalisation des façades peut prendre de multiples formes : des murs individuels d’une maison particulière aux grands complexes d’immeubles. Quel qu’il en soit, ce type de solution implique toujours une revalorisation esthétique du bâtiment qui gagne en originalité.

Sans oublier qu’elle est aussi judicieuse du point de vue de l’écologie et de la durabilité : été comme hiver, la surface végétalisée forme une couche isolante supplémentaire qui permet d’économiser de l’énergie, d’améliorer le microclimat, de réduire le bruit, de créer de l’habitat et de fournir de la nourriture aux animaux ou encore de fixer efficacement les polluants présents dans l’air. Alors qu’on avait auparavant surtout recours à des plantes grimpantes, telles que le lierre, il existe aujourd’hui d’autres solutions. Par exemple le tout nouveau mur végétalisé « Adam » de la société Richard Brink.

Une structure bien pensée pour des besoins exigeants

Le mur végétalisé du fabricant allemand d’articles métalliques convient aussi bien au neuf qu’aux bâtiments existants. Sa structure modulaire est toujours très facile à monter, quel que soit le format de végétalisation choisi. Le système se compose d’un support en acier galvanisé et de cassettes à planter en aluminium de 2 mm d’épaisseur. Ces cassettes se fixent sur le support grâce à un profilé chapeau. L'installation garantit, par ailleurs, une ventilation continue de la façade, puisqu’il assure un espace suffisant entre l’enveloppe du bâtiment et les plantations afin que l’air puisse circuler.

Dans sa version standard, la cassette mesure 1000 mm de large, 500 mm de haut et 140 mm de profondeur. Ses ouvertures de 84 mm de diamètre permettent, à chacune, de contenir jusqu’à 18 plantes. Il existe également une version de 500 mm de largeur et Richard Brink propose des modèles sur mesure adaptés aux spécifications du client qui profite d’une marge de manœuvre maximale en termes de design. Les nuanciers RAL et DB sont, en effet, entièrement disponibles pour le thermolaquage.

En ce qui concerne l’arrosage, le fabricant recommande d’utiliser des tuyaux d’irrigation goutte à goutte comme on n’en trouve couramment sur le marché afin d’assurer une distribution continue de l’eau. Il suffit, ici, d’installer un tuyau d’arrosage tous les 2 m dans la hauteur. Pour protéger les plantations de la chaleur ou du gel, l’intérieur des cassettes peut être revêtu en usine de panneaux en XPS de 20 mm d’épaisseur si le client le souhaite. Il faut alors percer les trous sur place afin d’effectuer les plantations. Cette solution complète permet une végétalisation idéale des façades qui restent vertes tout au long de l’année.

(Env. 3240 caractères)

 

La structure modulaire permet de juxtaposer en toute liberté les cassettes à planter en fonction des dimensions spécifiques du projet.Les cassettes en aluminium de 2 mm d’épaisseur peuvent accueillir jusqu’à 18 plantes chacune dans leur version standard et forment ensemble une surface végétalisée très esthétique.